Jean-Benoît Lhomme – LHJ Avocats
Jean-Benoît Lhomme
Avocat au Barreau de Paris
LHJ Avocats

La mobilité est une des conditions essentielles de la réactivité de l’avocat.

DEPUIS 1 AN, JEAN-BENOIT LHOMME A FAIT LE CHOIX DE BUREO POUR LHJ AVOCATS, DE MUTER SON SYSTÈME INFORMATIQUE VERS LE CLOUD COMPUTING.

 

Quelles étaient les motivations du choix d’externaliser la totalité de votre système informatique en mode Cloud Computing ?
Nous avions un cabinet parisien qui était relié dans le cadre de session de travail à nos serveurs au Havre. Nous avons fait le constat qu’il n’y avait plus aucun intérêt d’avoir des serveurs dans un bureau. La première étape a été de supprimer les serveurs de nos cabinets et de confier la gestion de nos data à un prestataire, à savoir ADMI.

Vous êtes équipé d’un logiciel métier spécifique, comment vous êtes-vous assuré qu’il fonctionnerait dans cet environnement externalisé ?
Nous étions un des premiers cabinets d’avocat en France à nous lancer. Il y a donc eu des réticences naturelles des concepteurs de logiciels métiers. ADMI nous a proposé de constituer un cabinet virtuel pour démontrer que la solution cloud pouvait fonctionner.

Avez-vous eu la possibilité de tester votre futur environnement de travail avant de valider son installation complète ?
ADMI, en lien avec les concepteurs de logiciels métiers, a construit un cahier des charges répondant aux demandes de chacun. Ils ont ensuite développé en à peine 3 mois l’installation du bureau virtuel, et nous ont démontré la faisabilité de l’opération. Je me suis donc naturellement engagé avec ADMI et nous sommes passés à l’installation.

Vous utilisez les systèmes de sécurité RPVA d’E-barreau, avec notamment les clefs de certifications CertEurop. Mais ceux de Paris et du Havre sont différents. Est-ce que cela a posé un problème ?
Comme pour les éditeurs de logiciels, ADMI a contacté le Conseil National du Barreau et a obtenu toutes les autorisations nécessaires. Parallèlement à cela, l’installation a eu l’avantage de répondre aux nouvelles exigences de nos clients en matière de sécurité informatique. Nos data sont stockées sur deux data center différents ce qui garantit la conservation des données.
L’externalisation du système informatique nécessite d’avoir des liens haut débit et très haut débit de qualité.

Comment avez-vous traité ce sujet ?
Lors de l’audit préalable à l’implantation de Bureo, l’analyse a montré que les lignes Internet de mes 2 sites ne respectaient pas les critères de dimensionnement et de qualité nécessaires. ADMI m’a alors fait des préconisations, et m’a fourni la ligne fibre optique pour le site du Havre qui comporte le plus d’utilisateurs.

S’il y a un ou deux atouts majeurs en terme d’usage que Bureo l’offre de poste de travail en mode Cloud Computing vous a apporté, quels sont-ils ?
La première, c’est de ne plus avoir la casquette de responsable informatique du cabinet et de faire exclusivement mon métier en déléguant toutes les problématiques de gestion informatique à ADMI ! Ensuite, c’est d’avoir permis à l’ensemble des avocats du cabinet d’avoir accès à l’ensemble de nos fichiers et à nos banques de données où qu’ils soient. Enfin, la sérénité, car nous n’avons plus à nous soucier de la gestion des services informatiques.

+